14 février 2016 – 697

DIMANCHE.

Rugby. RA Epinal-Golbey – Saint-Avold 36 – 0.

LUNDI.

En feuilletant Livres Hebdo. Laurent Gaulet, Perles de coiffeurs, First Editions, 2016; 192 p., 4,95 €.

MERCREDI.

Vie technologique. “Il y a désormais autant de téléphones mobiles que d’êtres humains dans le monde” (journal parlé, RTL). Ce qui signifie, si j’en crois l’étendue de mon parc téléphonique, que quelqu’un en possède deux.

JEUDI.

Bergounews. On se plaignait ici même cet été du temps qu’il nous restait à attendre avant la sortie du quatrième volume des Carnets de notes de Pierre Bergounioux. Le rythme décennal adopté par l’écrivain nous renvoyait aux années 2020, ce qui n’était pas tout à fait le lendemain de la veille. Heureusement, une notulienne proche du grand homme sut nous rassurer promptement : l’éditeur avait insisté pour que la décennie 2011 – 2020 soit coupée en deux volumes, le premier était attendu courant 2016. C’est aujourd’hui qu’il paraît. A Nancy, où je suis de passage, ça n’a pas affolé les librairies : les briques jonquille de chez Verdier, si tant est qu’elles aient été commandées, sont encore dans les cartons. De toute façon, je ne suis pas pressé : j’achèterai le livre, mais ne le lirai pas. Pas dans un premier temps du moins car je sais dans quel état cela va me mettre : si je lis ça dans le train, je n’en descendrai qu’au terminus des lignes empruntées, si je lis ça au boulot, de boulot il n’y aura plus, si je lis ça au plume, mes nuits vont dangereusement blanchir. Non, mieux vaut attendre un moment et un lieu propices. Cet été, en Creuse, près de la bergouniaque Corrèze, ce sera parfait. Je risque d’être en retard à la pêche, c’est tout. En attendant, je ne veux ni en parler ni en entendre parler.

Lecture. 813 (Maurice Leblanc, Lafitte, 1910, rééd. in « Les Aventures extraordinaires d’Arsène Lupin » vol. 1, Omnibus 2004, 1216 p., 23 €).

Le lecteur des aventures d’Arsène retrouvera ici tous les ingrédients qui font le charme de la série : rythme effréné, rebondissements en cascade, déguisements, vraies et fausses morts, empoisonnements, faux en écriture, embuscades, révélations, le tutti, le quanti. Avec, en plus une dimension patriotique à laquelle on ne s’attendait pas mais qui s’explique par la tension qui s’accroît, à l’époque de la publication, entre la France et l’Allemagne : Lupin est à deux doigts, pas un de plus, de rendre l’Alsace-Lorraine à la France et refuse, à le fin de l’histoire, d’entrer au service du Kaiser. On l’a échappé belle.

VENDREDI.

Le cabinet de curiosités du notulographe. Titre énigmatique ou rime riche en suspens, Vosges Matin, 10 mai 2015.

697 (2)

SAMEDI.

Films vus. Peggy Sue s’est mariée (Peggy Sue Got Married, Francis Ford Coppola, E.-U., 1986)

Mr. Turner (Mike Leigh, R.-U. – France – Allemagne, 2014)

Fiston (Pascal Bourdiaux, France, 2014)

Soyez sympas, rembobinez (Be Kind Rewind, Michel Gondry, R.-U. – France – E.-U., 2008)

Chic ! (Jérôme Cornuau, France, 2015)

Saint-Tropez Blues (Marcel Moussy, France, 1961)

Mon amie Victoria (Jean-Paul Civeyrac, France, 2014).

L’Invent’Hair perd ses poils.

hair coif, paris, 697 (2)  hair coif, charnay-lès-mâcon, 697

Paris (Seine), rue de Rivoli, photo de l’auteur, 22 juillet 2010 / Charnay-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), photo de Marc-Gabriel Malfant, 14 septembre 2012

Poil et plume. “Elle allait chez le coiffeur à Lamalou-les-Bains, à bicyclette ou avec le train, une fois tous les deux ou trois mois. Les hommes, on les coiffait au Poujol, à trois ou quatre kilomètres. Mais très souvent nous nous coupions les cheveux à la maison, comme nous pouvions. Mon père se rasait une fois par semaine, ou deux, avec un rasoir à main, un sabre. Auparavant il se savonnait avec un blaireau, debout devant un petit miroir ébréché dans la pièce principale. Quand il avait terminé, je l’embrassais sur la joue pour “étrenner sa barbe”. S’il se coupait, il collait sur la plaie un bout de papier à cigarette.” (Jean-Claude Carrière, Le Vin bourru)

Bon dimanche,

Philippe DIDION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s