14 mai 2017 – 750

N.B. Le prochain numéro des notules sera servi le dimanche 28 mai 2017.

DIMANCHE.

Lecture. En vrille (Ikarus, Deon Meyer, Human & Rousseau, 2015 pour l’édition originale, Le Seuil, 2016 pour la première édition française, rééd. Points Policier P4467, traduit de l’afrikaans par Georges Lory; 504 p., 8,10 €).

Malgré ses apparitions répétées dans les polars de Deon Meyer, le capitaine Bennie Griessel, de la police du Cap, a du mal à obtenir la notoriété de ses collègues à fort tirage – Wallander, Harry Bosch, Erlendur et autres. Il possède pourtant les traits communs à ce genre de personnage : un caractère peu commode, des problèmes avec sa famille, avec sa hiérarchie, avec la bouteille… Mais plutôt que de s’appesantir sur ce lot de ce qu’il faut bien appeler des clichés, Deon Meyer préfère utiliser d’autres atouts, à commencer par la situation politique de l’Afrique du Sud, qu’il choisisse de l’utiliser comme premier plan ou comme toile de fond. Dans ce dernier roman, la personnalité de Bennie Griessel est noyée dans une enquête – qui a tué Ernst Richter, le propriétaire d’un site Internet qui fournit des alibis aux époux volages ? – qui implique l’ensemble de sa brigade. On pense à Ed McBain et à son 87e District, d’autant plus que Deon Meyer mène son histoire sur un rythme soutenu et de plus en plus rapide qui conduit le lecteur au bout de 500 pages sans lui faire ressentir une once de lassitude. 

                               Chant pour un équinoxe (Saint-John Perse, Gallimard, 1972, rééd. in “Œuvres complètes”, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade n° 240, 1972; 1428 p., 56 €).

MARDI.

            Épinal – Châtel-Nomexy (et retour). Francesco Fioretti, Le Livre secret de Dante, Pocket, 2016.

Lecture. Les Cosmonautes ne font que passer (Elitza Gueorguieva, Verticales, 2016; 184 p., 16,50 €).

Roman sélectionné pour le Prix René-Fallet 2017.

MERCREDI.

                  Éphéméride.

“Mardi [10 mai 1921]

Mon cher ami,

J’ai achevé hier la lecture du IVe (impatiemment j’en avais été prendre deux exemplaires à la N.R.F. le lendemain de l’apparition – un que je puisse malmener et “culot[t]er sans crainte – j’ai la manie de lire en marchant, dans les métros, les trains, etc.; mais il m’a fallu vite reconnaître qu’on ne vous lit bien que dans un bon fauteuil – et l’autre pour mon neveu qui partait le lendemain pour Varsovie avec la “valise”). […]

Ah ! quand vous reverrai-je ? Me doutant qu’il vous est difficile de prévoir le jour où vous irez mieux, je me demande parfois si le plus expédient n’est pas d’aller sonner chaque soir à votre porte, dans le seul espoir que Céleste, une fois, me dise : oui, ce soir, Monsieur se sent mieux; il peut vous recevoir un instant…

Votre très dévoué,

André Gide” (Marcel Proust, Lettres)

                  Lecture. Histoires littéraires n° 62 (Du Lérot éditeur, avril-mai-juin 2015; 176, 25 €).

                                Dossier Henri de Régnier.

JEUDI.

          Lecture. Franny et Zooey (Franny and Zooey, J.D. Salinger, Little, Brown & Company, 1961 pour l’édition originale, Robert Laffont, 1962 pour la traduction française, 1962, rééd. Robert Laffont, coll. Pavillons Poche, 2015, traduit de l’américain par Bernard Willerval; 266 p., 8 €).

                        Sont rassemblées ici deux nouvelles, Franny et Zooey, portant les prénoms de deux membres de la famille Glass, deux textes composés presque exclusivement de dialogues mettant aux prises les membres de cette famille aux enfants surdoués. C’est assez déroutant, mais on espère que la chose s’éclaircira à la lecture des deux dernières nouvelles de Salinger qui mettent en scène les mêmes personnages. Pour l’instant, restons prudent et réservons notre jugement.

VENDREDI.

                  Le cabinet de curiosités du notulographe. Français approximatif à Tokyo (Japon), photo de Yannick Séité, 5 novembre 2016.

750

SAMEDI.

              Vie littéraire. Lucie rentre de Nancy, libérée de ses obligations universitaires. Elle me rapporte le dernier numéro d’Europe, en partie consacré à Pierre Bergounioux. Lequel a donné à la revue, en avant-première, quelques pages de ses carnets concernant le mois de juillet 2016. À la date du samedi 23, on peut lire : “Je quitte Les Bordes vers quatre heures. La circulation est dense, sur la N 89. Je retrouve les habitués de la librairie Ventadour, fais connaissance avec ce garçon qui m’avait envoyé des images de la caserne d’Épinal où papa avait été interné […].” Ce garçon. Fréquentez Bergounioux, ça vous rajeunira.

750 (5)

Pierre Bergounioux et le garçon, Ussel (Corrèze), photo de Lucie Didion, 23 juillet 2016

              Films vus pendant la semaine. Hors de portée (Beyond the Reach, Jean-Baptiste Léonetti, É.-U, 2014)

                                                                Uniformes et jupon court (The Major and the Minor, Billy Wilder, É.-U, 1942)

                                                                Rosalie Blum (Julien Rappeneau, France, 2015)

                                                                L’École des contribuables (René Guissart, France, 1934)

                                                                Hysteria (Eliza Graves, Brad Anderson, É.-U, 2014)

                                                                Les Lions sont lâchés (Henri Verneuil, Italie – France, 1961).

              L’Invent’Hair perd ses poils.

750  750 (2)

Paris (Seine), place de Ménilmontant, photo de Pierre Cohen-Hadria, 18 octobre 2010 / Ménil-sur-Belvitte (Vosges), photo de Jean-Claude Febvre, 28 janvier 2012

                   IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental). 25 mai 2015. 132 km. (29019 km).

750 (1)

349 habitants

   Pas de monument extérieur, les noms des morts figurent sur celui de Bertrimoutier, visité le 20 novembre 2005. Cependant, si l’on en croit la décoration de la montée d’escalier menant à la Mairie, celle-ci doit abriter une plaque commémorative. Aujourd’hui, lundi de Pentecôte, elle est fermée.

750 (4)

                   Poil à l’affiche.

750 (3)

Bon dimanche,

Philippe DIDION

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s