4 juin 2017 – 752

DIMANCHE.

Vie littéraire. KB, notulienne d’outre-Atlantique, m’apprend qu’elle a présenté vendredi à l’Université du Québec à Montréal une communication portant sur les notules, dans le cadre du colloque “Littératures et dispositifs médiatiques : pratiques d’écriture et de lecture en contexte numérique”. Son titre : “Notulie de proximité : un partage du quotidien à l’ère du numérique”. C’est beaucoup d’honneur.

MERCREDI.

Éphéméride.

“Mézières, le 31 mai 1901

Monsieur le Maire,

J’ai l’honneur de vous informer que M. le Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts vient d’accorder une subvention de cinq cents francs pour aider à acquitter les dépenses entraînées par l’érection d’un monument à la mémoire du poète Arthur Rimbaud.

Je vous prie de bien vouloir faire part de ces dispositions aux intéressés.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération la plus distinguée.

Le Préfet

Martin Feuillée” (Arthur Rimbaud, Correspondance posthume 1901-1911)

JEUDI.

          Vie judiciaire. Compte rendu d’audience trouvé ce jour dans Vosges Matin.

“Tribunal correctionnel de Briey, mardi matin. James s’avance à la barre. T-shirt de camionneur recouvert d’un blazer. Le septuagénaire est poursuivi pour vol. […] James a chapardé 50 € de nourriture afin… de se faire embaucher comme vigile ! “Je voulais montrer que le système de sécurité était défaillant”, lâche tout de go le gaillard qui vient de fêter ses 72 printemps. […] L’homme aux cheveux gris n’est pas un agneau : 31 mentions au casier dont la première remonte à une époque où Macron n’était pas encore né : 1971. “Je note qu’entre 1980 et 1998, vous n’avez pas été condamné”, relève la jeune magistrate. “C’est normal, j’étais en prison.”

VENDREDI.

                  Lecture. Schnock n° 18 (La Tengo, septembre 2015; 176 p., 14,50 €).

                               “Faut qu’on se marre” Michel Sardou.

                               Quand Schnock est arrivé en 2012, on ne connaissait aucun des responsables et des rédacteurs de la revue. Depuis, le succès aidant, l’équipe de départ s’est étoffée et a reçu l’apport de noms connus. Au point d’apparaître, au fil du temps, comme la maison de retraite de Best et de Rock & Folk. C’est dans ces mensuels de rock, alors prospères, qu’on lisait en effet, dans les années 1980-90, des articles de Patrick Eudeline, Laurent Chalumeau, Christophe Goffette, Francis Dordor, aujourd’hui collaborateurs réguliers de Schnock. Cela n’a rien de répréhensible : ce sont de bonnes plumes, qui connaissent l’époque et les gens auxquels s’intéresse la revue, et puis il faut bien vivre. Maintenant que le pli est pris, on n‘attend plus que l’arrivée du meilleur d’entre tous, Philippe Garnier, dont on lisait avec ferveur, à l’époque, les longues lettres qu’il écrivait de San Francisco et Los Angeles.

                                La Licorne n° 122 : Relire Perec (études réunies et présentées par Christelle Reggiani, Presses Universitaires de Rennes, 2016; 434 p., 22 €).

                                Compte rendu à rédiger pour Histoires littéraires.

                  Le cabinet de curiosités du notulographe. Hot stuff à Turku (Finlande), photo de Sesilia Hurttia, 28 mai 2016.

752

SAMEDI.

             Films vus pendant la semaine. Rafles sur la ville (Pierre Chenal, France, 1958)

                                                               Éperdument (Pierre Godeau, France – Belgique, 2016)

                                                               Niagara (Henry Hathaway, É-U., 1953)*

                                                               The Beatles : Eight Days a Week – The Touring Years (Ron Howard, É-U., 2016)

                                                               Deux sœurs pour un roi (The Other Boleyn Girl, Justin Chadwick, R.-U. – É-U., 2008)

                                                               La Gloire de mon père (Yves Robert, France, 1990)

                                                               Le Château de ma mère (Yves Robert, France, 1990).

* Grand moment contrapétique quand Joseph Cotten, sur son rafiot, est happé par les chutes.

             L’Invent’Hair perd ses poils.

752  752 (2)

Figueres (Catalogne), photo de Marc-Gabriel Malfant, 15 octobre 2010 / Girona (Catalogne), photo du même, 29 mars 2011

             Poil et plume. Il y a les mains qui ne sentent rien. Il y a les mains qui sentent bon. Et il y a les mains du coiffeur. » Baldomero Fernández Moreno, Le Papillon et la Poutre)

Bon dimanche,

Philippe DIDION

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s