26 novembre 2017 – 771

DIMANCHE.

Vie littéraire. Je boucle et envoie à la mise en pages le n° 71 du Bulletin de l’Association Georges Perec.

Lecture. La Maison de vos rêves (Kuolleita unelmia, Martti Linna, 2010 pour l’édition originale, Gaïa, coll. Polar, 2016 pour la traduction française, traduit du finnois par Paula et Christian Nabais; 256 p., 21 €).

Le roman policier scandinave est désormais si bien ancré dans les connaissances des amateurs que ceux-ci ne peuvent plus se satisfaire du simple exotisme pour y trouver leur intérêt. Ils se sont habitués aux nuits interminables, aux villes et aux campagnes glaciales, ils ne sont plus surpris de voir leur enquêteur fétiche avaler du hareng plutôt que du bœuf en daube ni de le suivre au sauna plutôt qu’au bistrot. Pour tenir le coup en milieu étranger, l’auteur suédois, islandais, norvégien ou, comme ici, finlandais, doit désormais nourrir son cadre d’un peu de substance : un personnage attachant, un procédé original, un style particulier, un suspense particulièrement réussi. C’est ce qu’avait réussi Martti Linna dans son premier roman traduit, Le Royaume des perches, dont on avait loué l’économie de moyens et la conduite du récit. Autant dire que l’on tombe de haut avec ce deuxième titre qui ne serait qu’un whodunit poussif s’il n’était, à rebours de ce que l’on professait ci-dessus, sauvé par le cadre choisi : une fabrique de maisons en rondins dont le directeur est victime de tentatives d’assassinat. C’est cette entreprise, coincée entre la tradition des produits qu’elle fabrique et la modernité glaçante des méthodes de management qu’elle pratique, qui donne un peu d’intérêt à la chose.

MERCREDI.

Épinal – Châtel-Nomexy (et retour). Carole Trébor, U4 Jules, Nathan/Syros, 2015 à ma gauche et Michel Jeury, La Grâce et le Venin, Robert Laffont, 1992 à ma droite.

  Éphéméride. À Paul Valéry

[22 novembre 1901]

“Alfred Jarry prie M. et Mme Paul Valéry de venir à la répétition intime des 4-Z’Arts demain samedi à 5 h du soir.

Pour le Père Ubu, qui y sera glorifié.” (Alfred Jarry, Correspondance)

VENDREDI.

Lecture. Récits (1924-1939) (F. Scott Fitzgerald, in “Romans, nouvelles et récits” II, Gallimard, 2012, Bibliothèque de la Pléiade n° 582, traduit de l’américain par Marc Chénetier; 1780 p., 70 €).

Le cabinet de curiosités du notulographe. Flore bâchée à Jarnages (Creuse), photo de l’auteur, 31 juillet 2016.

771 (5)

SAMEDI.

Vie musicale. Concert de Vianney à Metz. Pour s’y rendre, il a fallu emprunter une auto, le véhicule destiné aux déplacements familiaux étant en clinique depuis des semaines. Pourvu qu’il soit remis pour nous conduire en Creuse le mois prochain, c’est tout ce qu’on lui demande. Une fois sur place, j’aurais bien acheté une casquette avec l’inscription “Je suis une cruche”, premier succès du chanteur, mais le marchand de colifichets n’en vend pas. Dommage, je m’étais laissé dire que ça m’irait à ravir. Vianney, dont j’apprécie les enregistrements, aligne ses titres avec un métier déjà consommé, seul en scène avec sa guitare, mais fait un usage immodéré du système de boucles qui permet de superposer plusieurs séquences rythmiques de l’instrument. Le principal avantage de la chose – pour le chanteur – est qu’il permet d’éviter de payer des musiciens; son principal inconvénient – pour son art – est qu’il transforme un petit bijou de chanson de trois minutes trente en un épais galimatias d’un quart d’heure.

Films vus pendant la semaine. Bienvenue à Marly-Gomont (Julien Rambaldi, France, 2016)

Archimède le clochard (Gilles Grangier, France – Italie, 1959)

Captain Fantastic (Matt Ross, É.-U., 2016)

Le Partage de Catherine (La bugiarda, Luigi Comencini, France – Espagne – Italie, 1965)

Miss Peregrine et les enfants particuliers (Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children, Tim Burton, R.-U. – Belgique – É.-U., 2016)

Le Feu aux poudres (Henri Decoin, France – Italie, 1957).

              Invent’Hair, bilan d’étape. Bilan établi au stade de 3700 salons, atteint le 3 juillet 2017.

Bilan géographique.                                                                                        

Classement général par pays.

1. France : 3117 (+ 81)
2. Espagne : 165 (+ 6)
3. Royaume-Uni : 55 (+ 1)
4. Belgique 51 (+ 10)
5. États-Unis : 45 (=)
6. Italie : 36 (=)
7. Danemark : 21 (=)
8. Suisse : 20 (=)
“. Portugal : 20 (=)
10. Pérou : 19 (=)
“. Canada 19 (=)

Les États-Unis ne progressent plus depuis un bon moment et se font souffler la 4e place par la Belgique. Seuls les 4 premiers du top 10 augmentent leur score, avec, plus loin, le Japon et la Suède.

Classement général par régions (France).

1. Rhône-Alpes : 598 (+ 5)
2. Île-de-France : 496 (+ 19)
3. Languedoc-Roussillon : 266 (+ 2)
4. Lorraine : 240 (+ 6)
5. Provence-Alpes-Côte-d’Azur : 216 (+ 3)
6. Midi-Pyrénées : 172 (=)
7. Bretagne : 132 (+ 11)
8. Pays de la Loire : 131 (+ 18)
9 Bourgogne : 123 (+ 3)
10. Centre : 114 (+ 6)

La Bourgogne continue à descendre dans le classement, dépassée par les Pays de la Loire et désormais sous la menace du Centre. 14 régions sur 27 progressent.

Classement général par départements (France).

1. Seine (Paris) : 397 (+ 11)
2. Rhône : 319 (+ 2)
3. Vosges : 143 (+ 2)
4. Loire-Atlantique : 104 (+ 17)
5. Pyrénées-Orientales : 87 (=)
“. Loire : 87 (=)
7. Meurthe-et-Moselle : 75 (+ 3)
8. Alpes-Maritimes : 70 (=)
“. Saône-et-Loire : 70 (=)
10. Hérault : 69 (+ 2)

La Loire-Atlantique atteint et dépasse la centaine de clichés et s’éloigne des Pyrénées-Orientales et de la Loire avec lesquelles elle était ex-æquo.

Classement général par communes.

1. Paris : 397 (+ 11)
2. Lyon : 144 (+ 2)
3. Barcelone : 54 (=)
4. Nantes : 53 (=)
5. Nancy : 44 (+ 2)
6. Épinal 37 (+ 1)
7. Nice : 33 (=)
8. Marseille 24 (=)
“. Villeurbanne 24 (=)
10. Perpignan : 18 (=)

Pas de changement dans le top 10. Saint-Nazaire fait la meilleure opération avec 14 salons qui propulsent le ville de la 291e à la 15e place.

Bilan humain.

  1. Marc-Gabriel Malfant : 1305 (+ 28)
  2. Philippe Didion : 326 (+ 2)
  3. Pierre Cohen-Hadria : 248 (+ 18)
  4. François Golfier : 180 (+ 1)
  5. Jean-Damien Poncet : 163 (+ 13)
  6. Jean-Christophe Soum-Fontez : 144 (+ 3)
  7. Hervé Bertin : 124 (+ 1)
  8. Sylvie Mura : 84 (+ 2)
  9. Bernard Cattin : 67 (+ 4)
  10. Benoît Howson : 65 (=)

Bernard Cattin passe devant Benoît Howson, le seul de top 10 à ne pas avoir engrangé de points sur cette centaine.

Étude de cas. Hommage à la résistance (plus ou moins dormante) : enseignes basiques.

771  771 (2)  771 (4)

Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), photo de Pierre Cohen-Hadria, 27 janvier 2011 / Barcelone (Catalogne), photo de Marc-Gabriel Malfant, 15 octobre 2012 / La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), photo de Jean-Damien Poncet, 16 juillet 2016

771 (3)

Le Poujol-sur-Orb (Hérault), photo de Marc-Gabriel Malfant, 15 juin 2015

IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental). 4 octobre 2015. 86 km. (29595 km).

771 (6)

153 habitants

   Abrité sous un arbre au feuillage pourpré au bord de la rue principale, l’obélisque de pierre claire bénéficie d’une double enceinte : une chaîne (dont la moitié a disparu, ne restent que les crochets qui la fixaient aux plots) et une rambarde métalliques. Entre ces deux limites, une jardinière de bois désertée par les fleurs. Sur la face avant, les bas-reliefs habituels, Croix de Guerre et de Lorraine, rameaux divers. Deux drapeaux tricolores surmontent l’ensemble.

771 (1)

A nos morts

1914-1918

Gustave PIERRE 1914      Émile DUFOURD 1915

Joseph MIGUET  »       André BRUTTE  »

Jules LIEBAUT  »      Marcel HUOT  »

Georges ANDRÉ  »      Georges DUFOUR 1916

Charles HUOT  »      Jules ANDRÉ 1917

Lucien BEAUMONT 1915      René RÉVEILLÉ  »

Georges PARISOT  »      Joseph PIERRE 1918

Albert FEBRUNET  »      Arsène PERRARD  »

Paul DUFOURD 1921

Léon RENAUD 1925

              Poil et plume. “On a commencé tout de suite la chimiothérapie, dans l’espoir de sauver sa jambe et on l’a sauvée. Il a supporté avec vaillance la plus grande partie du traitement, ce qu’il ne supportait pas c’est l’idée de perdre ses cheveux et ses poils. C’était un adolescent inquiet, tourmenté, à la virilité encore mal assurée. Les filles l’effrayaient autant qu’elles l’attiraient. Alors, quand ses cheveux ont commencé à tomber, quand à l’image qu’il voyait encore dans la glace s’est superposée celle du zombie qu’il allait bientôt devenir, chauve, sans sourcils, sans poils autour du sexe, on avait beau lui assurer que cela repousserait vite, l’angoisse a été trop forte et il a arrêté le traitement. ” (Emmanuel Carrère, D’autres vies que la mienne)

Bon dimanche,

Philippe DIDION

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s