11 février 2018 – 781

MARDI.

Obituaire. Caroline m’apprend ce soir la mort de Mathieu Riboulet, écrivain d’origine creusoise dont je n’ai lu qu’un titre, Quelqu’un s’approche. Je n’avais pas été pleinement convaincu mais je me réjouissais de le voir en septembre prochain à Guéret où il devait nous mener, dans le cadre des Rencontres de Chaminadour, sur les pas de Jean Genet. 57 ans, mon âge.

Lecture. Le Cœur de l’homme (Hjarta Mannsin, Jón Kalman Stefánsson, 2011 pour l’édition originale, Gallimard, 2013 pour la traduction française, rééd. coll. Folio n° 5713, 2014, traduit de l’islandais par Eric Boury; 480 p., 8,30 €).

Jón Kalman Stefánsson avait marqué les esprits avec Entre ciel et terre, premier volet d’une trilogie qui prend fin ici. Il ranimait les forces des héros des sagas de son pays, l’Islande, pour les donner aux humbles habitants d’un village de pêcheurs et à un gamin, jamais nommé autrement, dont les voyages à travers landes et fjords avaient tout d’une odyssée. La rudesse des paysages et du climat s’étendait aux personnages et à la langue utilisée, distribuée dans des versets dignes de la poésie épique. Dans Le Cœur de l’homme, la magie n’est plus la même. Les ingrédients sont toujours là mais l’effet de surprise n’existe plus, les personnages sont devenus trop nombreux pour qu’on les distingue, la lassitude gagne peu à peu. Il reste une forte expérience de lecture unique, qu’on peut réserver au premier volet de la série.

MERCREDI.

Éphéméride. « [Marseille], 7 février 1910.

Mon cher Delahaye,

Ta lettre qui m’accuse réception de mes dessins, je l’ai bien reçue. Mais depuis, peu après cet envoi, je t’ai écrit de nouveau et t’ai envoyé un mot pour toi, plus une lettre au sujet de Larmandie et de Vanier, à propos d’”Épreuves” au sujet de quoi toi et lui m’aviez écrit à Saint-Raphaël; et, de plus, une demande d’allocation.

As-tu, s’il te plaît, cher ami, reçu tout cela ?” (Germain Nouveau, Correspondance)

Épinal – Châtel-Nomexy (et retour). Ruth Rendell, Et l’eau devint sang, Éditions des Deux Terres, 2009.

JEUDI.

Épinal – Châtel-Nomexy (et retour). Nora Fraisse, Marion : 13 ans pour toujours, Le Livre de poche, 2015.

VENDREDI.

  Épinal – Châtel-Nomexy (et retour). David Lagencratz, Millénium 4 : ce qui ne me tue pas, Babel, 2017 à l’aller; Jean Teulé, Je, François Villon, Pocket, 2007 au retour.

Lecture. Inscrit dans les astres (A Jade in Aries, 1970 pour l’édition originale, Payot & Rivages, coll. Rivages/Noir n° 1030, 2017 pour la présente édition, traduit de l’américain par Florian Robinet et Marc Boulet; 256 p., 8,50 €).

Le terrain est accidenté quand on s’aventure dans le domaine des rééditions de Westlake. Rivages a entrepris celles parues initialement sous le pseudonyme de Tucker Coe dans la Série Noire des années 70. Inscrit dans les astres, précédemment intitulé Tantes à gogo, est le quatrième volet des aventures de Mitch Tobin, une des créations les plus intéressantes de Westlake. Tobin est un flic qui a été révoqué : son coéquipier s’est fait tuer par un gangster alors qu’il l’avait laissé seul pour courir une aventure extra-conjugale avec la femme d’un malfrat emprisonné. Depuis, Tobin trimballe son sentiment de culpabilité au gré des enquêtes que d’anciens collègues lui refilent et qu’il mène sans licence de détective privé. Accessoirement, il s’occupe les mains et l’esprit à faire des travaux inutiles dans sa maison comme la construction d’un mur qu’il s’applique à ne jamais terminer. Il cherche ici un meurtrier dans le milieu homosexuel de New York, comme l’indique le titre subtil choisi par la Série Noire. Heureusement, le regard de Tobin et de son créateur est moins caricatural, et plutôt compréhensif si l’on se remet dans le contexte des années 1970. L’enquête n’est pas terrible mais c’est sans importance car c’est l’évolution de Tobin qui intéresse. Pour la première fois, on le voit prêt à sortir de sa dépression et à reprendre une nouvelle vie. Ce qui se fera peut-être dans le dernier épisode de la série dont la parution est annoncée prochainement par les éditions Rivages.

Le cabinet de curiosités du notulographe. Sur les murs.

781  781 (2)

Pons (Charente-Maritime), photo de Bernard Cattin, 27 février 2007 / Lyon (Rhône), photo de Marc-Gabriel Malfant, 26 juin 2016

SAMEDI.

Films vus pendant la semaine. Mon amie Flicka (My Friend Flicka, Harold D. Schuster, É.-U, 1943)

Brice 3 (James Huth, France, 2016)

Il était une fois… la révolution (Giù la testa, Sergio Leone, Italie – Espagne, 1971)

Dalida (Lisa Azuelos, France, 2016)

Gens de Dublin (The Dead, John Huston, R.-U. – Irlande – É.-U. – R.F.A., 1987)

Corporate (Nicolas Silhol, France, 2017)

Maxime (Henri Verneuil, France, 1958).

L’Invent’Hair perd ses poils.

781 (3)  781 (4)

Paris (Seine), boulevard de l’Hôpital, photo de Philippe de Jonckheere, 20 février 2011 / Aranda de Duero (Espagne), photo de Marc-Gabriel Malfant, 23 juin 2014

IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental). 11 novembre 2015. 132 km. (29977 km).

781 (6)  781 (5)

539 habitants

   Je ne pensais pas trouver de monument : les morts du cru figurent sur celui de Bertrimoutier. Il y a cependant deux plaques de marbre sur le mur de la Mairie. Malgré la date, pas de fleurs, pas de drapeaux.

781 (1)

   Plaque de gauche :

Pair et Grandrupt

Morts au champ d’honneur

1939-1945

En déportation

JEAN Robert

SALZMANN Jean

SALZMANN Robert

Fusillés

FEIGLY Pierre

Aux armées

BERTRAND Paul

   Plaque de droite :

Pair et Grandrupt

Morts au champ d’honneur

1914-1918

ANDLAUËR Louis (M.L.), LEHN Camille

Joseph et Émile (3 frères) MAHUT Paul

ANTOINE Camille MOUGEL Paul (Cap.)

COLIN Charles PETIT Joseph

DELAGOUTTE JN-BTE PICAUD Paul (Serg.)

DURAIN Henri RENAUX Paul

ENAUX René SEILER Eugène

ERRARD Prosper (Cap.) et Henri (2 frères)

FERRY Georges (Serg.) SERTELET Henri (Cap.)

JEAN Eugène TISSELIN Albert

Victimes civiles

BASTIEN Célestin (Maire), COLIN Alfred, PICARD Camille

             Poil et pellicule.

781 (7)

Les Valseuses (Bertrand Blier, France, 1974)

Bon dimanche,

Philippe DIDION

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s