17 juin 2018 – 796

LUNDI.

Courriel. Une demande de désabonnement aux notules.

Lecture. La Tresse (Laetitia Colombani, Grasset, 2017, rééd. Librairie Générale Française, coll. Le Livre de poche n° 34937, 2018; 240 p., 7,20 €).

Roman sélectionné pour le Prix René-Fallet 2018.

MERCREDI.

Éphéméride. “Lanfrey. Étonnante volonté systématique de déboulonner Napoléon. On vit un assez grand nombre de ces cuistres à la veille de la guerre. Il s’agissait de confronter la corruption impériale à la fraîcheur printanière de la République, parfum aspiré et respiré aujourd’hui depuis trente-sept ans.” (Léon Bloy, L’Invendable, 6 juin 1907)

Lecture. Schnock n° 20 (La Tengo, septembre 2016; 176 p., 14,50 €).

Catherine Deneuve.

VENDREDI.

Le cabinet de curiosités du notulographe. Notes remarquables.

796 (3)  796 (2)  796 (4)

Notes bègues, collection de l’auteur

SAMEDI.

Films vus pendant la semaine. Arrête ton cinéma (Diane Kurys, France, 2016)

Ève (All About Eve, Joseph L. Mankiewicz, É.-U., 1950)

À cause, à cause d’une femme (Michel Deville, France, 1963)

  Mission à Tanger (André Hunebelle, France, 1949)

Les Distractions (Jacques Dupont, France – Italie, 1960)

Fanfan  la Tulipe (Gérard Krawczyk, France, 2003).

L’Invent’Hair perd ses poils.

_796 (5)-min  _796 (1)-min

Claira (Pyrénées-Orientales), photo de Marc-Gabriel Malfant, 21 mars 2011 / Le Boulou (Pyrénées-Orientales), photo du même, 28 mars 2011

Poil & plume. “Voulez-vous ?”

Je fis “Oui!” de la tête, ayant encore la voix paralysée.

Alors elle me tendit un peigne de femme en écaille et elle murmura :

– Peignez-moi, oh ! peignez-moi; cela me guérira; il faut qu’on me peigne. Regardez ma tête… Comme je souffre; et mes cheveux, comme ils me font mal !

Ses cheveux dénoués, très longs, très noirs, me semblait-il, pendaient par-dessus le dossier du fauteuil et touchaient la terre.

Pourquoi ai-je fait ceci ? Pourquoi ai-je reçu en frissonnant ce peigne, et pourquoi ai-je pris dans mes mains ses longs cheveux qui me donnèrent à la peau une sensation de froid atroce comme si j’eusse manié des serpents ? Je n’en sais rien.

Cette sensation m’est restée dans les doigts et je tressaille en y songeant.

Je la peignai.” (Guy de Maupassant, “Apparition”, in Clair de lune)

Vie littéraire. Je suis à Jaligny-sur-Besbre (Allier) pour le Prix René-Fallet. Mon suffrage va au roman d’Emmanuel Brault, Les Peaux rouges, qui bouscule de façon convaincante la langue et les lieux communs. Mais le jury du prix n’aime pas trop ce qui bouscule et c’est finalement, comme je m’y attendais, La Tresse de Laetitia Colombani qui l’emporte. Je m’y attendais car c’est un roman habile, qui raconte l’itinéraire de trois femmes venant à bout de l’adversité au terme d’un combat bien sûr admirable et que le hasard réunit dans un final prévisible (la tresse, n’est-ce pas). Roman habile, qui a d’ailleurs déjà remporté d’autres prix, qui a été encensé, c’est dire, par Valérie Trierweiler dans Paris Match et par Olivia de Lamberterie dans Elle, roman qui se lit sans déplaisir, à condition qu’on accepte sans sourciller des images audacieuses comme ces “deux droites parallèles qui ne se rencontrent pas”, un personnage qui s’effondre “sur elle-même, à la manière des tours jumelles du World Trade Center” et un cancer qu’un autre a je ne sais plus combien de “chances” sur cent de choper. Agathe Fallet me présente Philibert Humm, un tout jeune homme auteur, avec un de ses camarades, d’un Tour de France par deux enfants d’aujourd’hui que je m’empresse d’acheter. Les deux compères ont refait, à bord d’une Peugeot 204, l’itinéraire suivi par les deux enfants du Tour de France d’Augustine Fouillée, alias G. Bruno, une initiative qui m’intéresse car elle lie géographie, intérêt local (le Tour passe par Épinal) et littérature de façon bien plus convaincante que ne le font les pénibles écrivains voyageurs qui salonnent à Saint-Malo.

DIMANCHE.

Vie culturelle. Visite du Musée d’art ancien et contemporain d’Épinal, histoire de voir à quoi ressemble le nouvel accrochage de la section des beaux-arts. C’est très réussi, beaucoup de tableaux ont été sortis des réserves et le parcours est riche. Du coup, l’étage consacré à l’art contemporain, qui apparaissait précédemment comme le fleuron du lieu, fait presque figure de parent pauvre et mériterait lui aussi un bon coup de plumeau.

LUNDI.

Épinal – Châtel-Nomexy (et retour). Mary Ann Schaffer & Annie Barrows, Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, Nil, 2009.

MERCREDI.

Lecture. Le Publicateur du Collège de ‘Pataphysique. Viridis Candela, 9e série, n° 12 (15 juin 2017, 96 p., 15 €).

“Tourisme”

Éphéméride.Jeudi 13 juin [1940]

Hier soir, alerte. Il flottait à verse (me renseigner sur cette expression que je pense être un idiotisme). Détallade des Nantais, auxquels je souhaitais un bombardement. N’ai-je pas entendu en rue cette horrible phrase : “À la fin, qu’est-ce qu’ils ont, de reculer ainsi ?”

“ Je suis contente que c’est vous”, nous dit la concierge quand nous lui apprenons que nous allons louer la maison. L’ignorance d’une langue nous conduit à trouver des tours rares et recherchés.

Cinéma : L’Impossible Monsieur Bébé (Hepburn-Grant). Dommage que la bande était usée, mais la comédie reste excellente.

Ce soir, j’ai l’heureuse surprise de rencontrer R.P., qui me cherche. Il arrive de Rouen.” (Jacques Brenner, Journal, tome I : Du côté de chez Gide 1940-1949)

VENDREDI.

Le cabinet de curiosités du notulographe. Fantaisies optiques.

796 (2)-min  796-min

Paris (Seine), boulevard de Magenta, photo de Pierre Cohen-Hadria, 19 septembre 2016 / Besançon (Doubs), photo de Jean-Damien Poncet, 15 avril 2017

SAMEDI.

Films vus pendant la semaine. Themroc (Claude Faraldo, France, 1973)

Vive la mariée… et la libération du Kurdistan (Hiner Saleem, France, 1998)

Lucky Jo (Michel Deville, France, 1964)

Le Cheval et l’Enfant (Black Beauty, James Hill, R.-U. – Espagne – R.F.A., 1971)

Cessez-le-feu (Emmanuel Courcol, France – Belgique, 2016)

La Terre des pharaons (Land of the Pharaohs, Howard Hawks, É.-U., 1955)

Sage femme (Martin Provost, France – Belgique, 2017).

L’Invent’Hair perd ses poils.

796 (3)-min

Claira (Pyrénées-Orientales), photo de Marc-Gabriel Malfant, 21 mars 2011

IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental). 4 septembre 2016. 102 km. (31257 km).

796 (4)-min

162 habitants

   Pas de monument aux morts visible.

Poil & pellicule.

796 (1)-min  796 (5)-min

L’Homme du train (Patrice Leconte, France – R.-U. – Allemagne – Japon, 2002)

Bon dimanche,

Philippe DIDION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s