8 juillet 2018 – 799

MARDI.

Vie littéraire. Parution du Bulletin de l’Association Georges Perec n° 72. J’ai déjà commencé à travailler sur le suivant et prévenu que ce serait le dernier s’il devait passer, comme celui-ci, à la moulinette inclusive.

MERCREDI.

Lecture. Les Archives familiales des écrivains : des matériaux, un motif, une question (sous la direction de Louis Hincker, Frédérique Amselle, Arnaud Huftier & Marc Lacheny, Presses Universitaires de Vincennes, coll. Pratiques et représentations n° 10, 2017; 208 p., 19 €).

Compte rendu à rédiger pour Histoires littéraires.

Bonnard le Le Cannet : Dans la lumière de la Méditerranée (catalogue, Hazan / Musée Bonnard, 2011; 160 p., 25 €).

Histoire de l’œil (Georges Bataille, 1928 pour l’édition originale, rééd. Gallimard, coll. L’Imaginaire n° 291, 1993; 128 p., 8,90 €).

« Bonne lecture », m’a dit le vendeur du Centre Pompidou-Metz en me tendant le livre. A son ton et à son expression, j’ai vu qu’il savait ce qu’il vendait et j’ai fait en sorte qu’il comprenne que je savais ce que j’achetais. Histoire de l’œil est en effet un livre sulfureux, publié sous pseudonyme et circulant de façon clandestine jusqu’à une date récente. L’érotisme qui le traverse n’est pas celui d’Apollinaire, il est dépourvu de toute joie, de toute satisfaction : l’assouvissement des fantasmes n’est que le prétexte à en créer de nouveaux dans une escalade de plus en plus vertigineuse. Mais pour en saisir toutes les implications autobiographiques, psychanalytiques et symboliques, il faudrait une connaissance de Bataille que, malheureusement, je ne possède pas.

JEUDI.

Vie professionnelle. Le gouvernement a mis en place – depuis des années peut-être, en tout cas je le découvre aujourd’hui – un espace numérique qui inclut un “simulateur” permettant à chacun de ses dévoués serviteurs de connaître la date de sa mise à la retraite. J’apprends donc que je serai libéré le 1er juin 2022. C’est bien joli mais j’aimerais savoir à quelle heure.

VENDREDI.

Football. Il revient à ma mémoire le titre d’un film peu connu, jamais vu, mais qui trouve aujourd’hui son actualité : Mardi ?… C’est donc la Belgique (If It’s Tuesday, This Must Be Belgium, Mel Stuart, É.-U., 1969).

Le cabinet de curiosités du notulographe. Papiers trouvés, Épinal, 14 juillet 2016.

799 1-min799 2-min

SAMEDI.

Films vus pendant la semaine. Oppression (Shut In, Farren Blackburn, France – Canada – É.-U., 2016)

Le Docteur Jivago (Doctor Zhivago, David Lean, É.-U. – Italie – R.-U., 1965)

L’Air de Paris (Marcel Carné, France – Italie, 1954)

Orange mécanique (A Clockwork Orange, R.-U. – É.-U., 1971)

Les Hommes du feu (Pierre Jolivet, France, 2017).

L’Invent’Hair perd ses poils.

799 (2)-min  799 (1)-min-1

Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales), photo de Marc-Gabriel Malfant, 21 mars 2011 / Livarot (Calvados), photo de Jean-Damien Poncet, 2 juillet 2016

IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental). 16 octobre 2016. 74 km. (31477 km).

799 (4)-min

716 habitants

   Le monument est sur les hauteurs de la localité, sur une terrasse gazonnée. Deux vasques de grès aux armes de la commune encadrent l’allée pavée qui y conduit. La flèche, surmontée d’une urne ou amphore, est ornée d’une croix oblique, d’une palme, d’une guirlande et d’une couronne. L’encadrement est double : une grille avec portillon à l’extérieur et une rambarde faite d’un tube métallique à l’intérieur. Les fleurs sont abondantes mais sentent la fin de saison. Sur le côté, un mât avec un drapeau tricolore déchiré.

799 (3)-min

A nos morts

1914-1918

MANGIN Henri      LECOMTE Gabriel

PHILBERT Paul      MILLER Eugène

MICARD René      HOCQUARD Jules

SCHWEITZER André      ROUGIREL Louis

FRANÇAIS Eugène      DEMANGEON Louis

PETITJEAN Eugène      FRICOT Louis

DOYEN Georges      CLAUDE Marcel

TREMELET Georges      RUBRECHT Eugène

RUELLET Henri      ROUGIREL Pierre

BAUMANN Adolphe      HABLAINVILLE Albert

POULET Romuald      RICOEUR Adrien

LAHEURTE Georges      RICOEUR Jules

ANDRÉ Jules Maroc 1922

SIMON Maurice F.F.I. 1939      VIARD Maurice S.N.C.F.

TOUSSAINT Ferdind S.N.C.F. 1945      PLUMET Raymond

   À la base, une plaque :

Aux Veuves et Orphelins

Victimes des Guerres

   Et une palme métallique gravée “1er groupe et BHR du 194 R.A.L.”

Poil de guerre.

799-min

Installation de Julien Vignikin

Bon dimanche,

Philippe DIDION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s