14 mars 2021 – 920

MARDI.            

Lecture. Je ne suis plus inquiet (Scali Delpeyrat, Actes Sud – Papiers, coll. Au singulier, 2020; 72 p., 13,50 €).

Obituaire. On ne dira pas ici que G. était l’homme le plus avenant de la Terre. L’air revêche, la mine renfrognée, je ne sais pas s’il a dit quatre fois les deux syllabes du mot bonjour dans toute sa vie. Il faut dire qu’on ne le voyait qu’au boulot et que le sien n’était pas du genre poilant : il faisait le ménage dans les salles, lavait les gamelles à la cantine, ce genre de choses. Et il faisait ça depuis un sacré bout de temps puisqu’il devait être, avec moi, un des plus anciens dans la place. Au bout de vingt ans et plus, je connaissais l’oiseau, j’arrivais à échanger avec lui quelques mots. Un peu plus quand on se retrouvait sur le quai de la gare à attendre le même dur, alors on partageait des cigarettes, on parlait de notre prochaine levée d’écrou. Je ne sais pas ce qu’il vivait à l’extérieur du collège mais ça ne devait pas être bien rose après un mariage à vau-l’eau, un fils qui l’ignorait, des événements qui ne font pas de vous un coach en développement personnel. À la fin de l’automne dernier, G. a commencé à aller moins bien, ça se voyait, il a fallu le pousser au cul pour qu’il aille voir un médecin du travail. Les examens ont montré qu’il n’avait plus grand-chose chose de sain sous la carcasse, on l’a envoyé directement à l’hôpital, il y est entré début décembre. Pas de visite possible en ce moment bien sûr, j’ai essayé pendant les vacances de lui faire parvenir un message de réconfort par l’intermédiaire de quelqu’un qui travaille là-haut mais trop tard. G. est mort le 27 février, je l’ai appris hier matin par ses collègues du balai. Il n’y a pas eu d’avis dans la presse locale, et puis G. n’était pas du genre à susciter des messages éplorés sur les réseaux qu’on dit sociaux. Il a fallu insister auprès de l’administration pour qu’un message soit affiché sur le tableau de la salle des professeurs mais enfin, ce soir c’est fait, il y a même une carte de condoléances destinée à ce qui reste de sa famille. Sans ça, le type, qui avait nettoyé la crasse des autres pendant vingt-cinq ans, partait sans qu’on lui dise salut, merci ou merde. Ce n’est quand même pas parce qu’il ne disait guère bonjour qu’on ne devait pas lui dire au revoir.    

MERCREDI.                  

Éphéméride. “Paris. Dimanche. 10. III [1935].   Mauvaise demi-journée; mieux dans l’après-midi. Sortis tous 3 (et Grandmuseau) vers 6 1/2, ma troppo tardi già per andare da Dott. V. Nous sommes donc allés dîner dans le quartier de l’Opéra, et avons fini la soirée dans un cinématographe.” (Valery Larbaud, Journal)    

JEUDI.          

Bougies. Vingt ans de notules. Bigre.    

VENDREDI.                  

Le cabinet de curiosités du notulographe. Métiers reposants, photos de l’auteur.

  Felletin (Creuse), 5 août 2016

Montbéliard (Doubs), 26 janvier 2020  

SAMEDI.             

Films vus.

  • L’État sauvage (David Perrault, France – Canada – Belgique, 2019)                              
  • Le Grondement de la montagne (Yama no oto, Mikio Naruse, Japon, 1954)                              
  • La Vérité (Hirokazu Kore-Eda, France – Japon – Suisse, 2019)                              
  • Sans identité (Unknown, Jaume Collet-Serra, R.-U. – Allemagne – France – É.-U., 2011)                              
  • #jesuislà (Éric Lartigau, France – Belgique, 2019)                              
  • Jeux d’enfants (Yann Samuell, France – Belgique, 2003)                              
  • Angel (François Ozon, R.-U. – Belgique – France, 2007).               

L’Invent’Hair perd ses poils.  

  Aire-sur-l’Adour (Landes), photo de François Bougnet, 9 novembre 2011

Neuchâtel (Suisse), photo de Jean-Christophe Soum-Fontez, 30 octobre 2013               

IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental). 22 décembre 2019. 100 km. (38 157 km).  

76 habitants   

Au-dessus des marches qui mènent à l’église, le monument de granit gris est surmonté d’une Croix de Guerre et orné d’une palme métallique. À ses pieds, une gerbe défraîchie ornée d’un ruban tricolore, en provenance de chez “Si joliment dit”, à Châtenois. Les noms figurent sur la face gauche, ceux du sommet sont illisibles, la dorure a disparu.  

Guerre 1914-1918

Saint-Prancher

À ses morts glorieux  

1870-71  

?

? Théophile  

1914-1918  

NICOLAS ?

?

? Georges

JACQUOT Eugène

VOITOT Victor

PRIAN ?

FROMENT Louis

POIROT Pierre

BROCHERT Théophile

MALGRAS Joseph               

Poil et pellicule.  

Jour J (Reem Kherici, France, 2017)    

Bon dimanche,  

Philippe DIDION

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s