30 mai 2021 – 930

DIMANCHE.                   

Vie en salle. Retourné au cinéma. Revu Cyrano.  

  MARDI.            

Lecture. Les Jardins d’Éden (Pierre Pelot, Gallimard, coll. Série Noire, 2021; 256 p., 18 €).                          

Pierre Pelot avait dit qu’on ne l’y reprendrait plus, qu’il posait la plume et qu’on n’entendrait plus parler de lui. Apparemment, la Série Noire a su se montrer convaincante. Chez lui, on s’en réjouit : à Remiremont, où j’ai acheté le livre, je n’avais pas fait dix pas dans la rue quand un quidam, avisant l’objet, m’est tombé sur le poil : “Alors, il est bien le nouveau Pelot ?”    

MERCREDI.                   

Éphéméride. “26 mai [1916] –  J’ai vu des officiers australiens avec un losange blanc sur le bras.” (Raymond Queneau, Journal du  Havre, 1914-1920)    

JEUDI.           

Lecture. Allez-y, Jeeves (Carry On, Jeeves, P.G. Wodehouse, Herbert Jenkins, 1925 pour l’édition originale, U.G.E., coll. 10/18, 1994 pour la traduction française, rééd. in « Jeeves », Presses de la Cité, coll. Omnibus, 1990, traduit de l’anglais par Dominique Haas; 1280 p., 145 F).             

Brève de trottoir.  

    VENDREDI.                  

Vie professionnelle. Le petit C. est un de mes élèves, en classe de quatrième. Ces dernières semaines, j’ai vu ses traits se creuser, son énergie s’éteindre. Hier, j’ai appris la mort de sa mère, A. S., 40 ans, des suites d’une sale maladie. On l’enterre aujourd’hui à 10 heures. En arrivant au boulot ce matin, je me suis enquis auprès de l’administration si le collège serait représenté. “Ah ben non, il n’y a rien de prévu, on enverra une carte”. Bel effort, on aurait pu se contenter d’un SMS. En revanche, on peut être sûr qu’il ne manquera pas un bouton de guêtre ni une note de clairon pour accueillir je ne sais quel chef à plumes académico-rectoral qui doit assister à une course à pied organisée par le collège un peu plus tard dans la journée. J’ai beau avoir été échaudé par l’indifférence avec laquelle avait été accueillie récemment la mort de G., du corps de balais, je n’arrive pas à ne pas bouillir devant ce que je considère comme du mépris, ce qui attise ma hâte de quitter ce milieu et ce qu’il est devenu. Je me souviens de la première fois où j’ai connu la disparition d’un parent d’élève, la mère de la jeune C. G. C’était il y a bien longtemps, je venais d’arriver au collège. Les obsèques avaient lieu dans l’église de Pallegney, ou Zincourt peut-être, un de ces villages dont sont issus la plupart de mes élèves. Je m’étais déplacé pour y assister, comme la moitié du bahut d’ailleurs, c’était une autre époque. Autant dire qu’il y avait foule et que l’église s’était révélée trop modeste pour accueillir tout ce monde. J’avais suivi la cérémonie, comme beaucoup de gens, debout sur le parvis. Dans une allée du cimetière qui ceignait l’église, deux costauds avaient garé leur camionnette dans une allée, sorti leurs outils et mettaient la dernière main à la préparation de la fosse qui devait accueillir la boîte à dominos. Je ne sais plus en quelle saison cela se passait, si c’était l’hiver et que la terre était gelée ou s’il venait de pleuvoir et qu’elle collait à la pioche, toujours est-il que les types en bavaient et le faisaient savoir. Leurs “Putain’’, “Merde” et “Saloperie” zébraient étrangement le silence de la foule recueillie. Au bout d’un moment, j’ai abandonné la contemplation de mes godasses pour lever le nez en leur direction et mon cœur s’est liquéfié. Sur le flanc de la camionnette s’étalait en belles lettres la raison sociale de l’entreprise commise pour la tâche : “Pompes funèbres Didion”. J’ai souhaité aller m’allonger dans le trou et ne plus jamais en sortir.                    

Le cabinet de curiosités du notulographe. Foi et téléphone.  

  Paris (Seine), rue de Wattignies, photo de Jean-Damien Poncet, 27 août 2017

Troyes (Aube), photo de l’auteur, 26 octobre 2019    

SAMEDI.             

Films vus.

  • Falling (Viggo Mortensen, Canada – R.-U. – É.-U., 2020)                              
  • Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne (The Adventures of Tintin, Steven Spielberg, É.-U. – Nouvelle-Zélande – R.-U. – France – Australie, 2011)                             
  • Joyeuse retraite ! (Fabrice Bracq, France, 2019)                              
  • Versailles Rive-Gauche (Bruno Podalydès, France, 1992)                              
  • La Route de Salina (Georges Lautner, France – Italie, 1970)                              
  • Un homme à abattre (Philippe Condroyer, France – Espagne, 1967)                              
  • Mandibules (Quentin Dupieux, France, 2020).               

L’Invent’Hair perd ses poils.  

Nantes (Loire-Inférieure), photo de Bernard Bretonnière, 18 décembre 2011               

IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental). 8 mars 2020. 52 km. (38 551 km).  

100 habitants     

Pas de monument aux morts visible.               

Poil et pellicule.  

Monnaie de singe (Monkey Business, Norman Z. McLeod, É.-U., 1931)    

Bon dimanche,  

Philippe DIDION    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s