2 janvier 2022 – 954

DIMANCHE.                    

Lecture.

Les Héritages (Gabrielle Wittkop, Christian Bourgois, 2020; 176 p., 17 €).                                  

On connaissait le roman d’immeuble, voici le roman de maison : Gabrielle Wittkop raconte la vie d’une demeure sur une centaine d’années, en faisant le portrait de ses propriétaires et de ses locataires successifs. Comme dans La Vie mode d’emploi, chaque apparition d’un nouveau personnage donne lieu à une histoire qui montre que l’auteure n’a rien à envier à Perec sur le plan de l’imagination. La galerie de portraits est un jeu de massacre, car les récits sont féroces : Wittkop était, paraît-il, coutumière de cette cruauté et de cet humour macabre dont ce roman, publié à titre posthume, est nourri. Cela donne envie de lire d’autres choses de cette femme, morte en 2002.                      

Obituaire.

Dans leurs éditions de fin de semaine, Le Monde et Libération donnent de longs articles nécrologiques suite à la mort de Joan Didion. J’ai peu lu cette Américaine, moins en tout cas que Lucie qui a attiré mon attention sur ce passage de L’Amérique, un recueil de chroniques, où elle raconte une scène qui se déroule alors qu’elle se trouve au Japon : “Quelqu’un fait le thème numérologique de mon nom et de celui du photographe qui m’accompagne. Le sien est blanc et marin (“Si je devais te faire un collier, tu vois, j’utiliserais surtout des perles blanches”, lui dit-on), mais le mien [le nôtre, donc] révèle un double symbole de mort.” Bigre.    

LUNDI.           

Lecture.

Le Publicateur du Collège de ‘Pataphysique. Viridis Candela, 9e série, n° 27 (15 mars 2021, 96 p., 15 €).

Apparaissances du T.S. Paul Etienne Lincoln.                         

J’apprends par ce numéro la mort de Jean-Michel Pochet, survenue le 6 janvier dernier. Notulien de la première heure, il m’a souvent évité, par des messages discrets, d’écrire trop de bêtises à propos de Raymond Queneau, sur lequel il était incollable.             

Courriel.

Une demande d’abonnement aux notules.             

Vie littéraire.

Parution du Bulletin de l’Association Georges Perec n° 79.    

MARDI.            

Vie spinalienne.

Visite de l’exposition “Aux origines de la bande dessinée : l’imagerie populaire” au Musée de l’Image. Les planches présentées sont parfois difficiles à lire à cause de la taille des caractères mais c’est un plaisir de voir les oeuvres de Töpffer, Christophe, Steinlein et autres Benjamin Rabier.              

Lecture. 

Le Sommet des Dieux 2 (Kamigami no itadaki, Jirô Taniguchi, Baku Yumemakura, Shūeisha Inc., 2001 pour l’édition originale, Kana, 2010 pour la traduction française, traduit et adapté du japonais par Sylvain Chollet; 348 p., 18 €).    

MERCREDI.                  

Éphéméride.

“29 décembre [1932]  

Lu avec l’intérêt le plus vif le début du Discours à la nation européenne de Benda, dans les épreuves du prochain numéro de La N.R.F. Contemporain de Proust et de Valéry, Benda, qui se révèle comme eux sur le tard, je ne m’étonnerais pas qu’il devînt l’un de nos principaux conducteurs. À relire si tôt après ces pages à Em., je regrette que l’écriture en soit parfois un peu relâchée.” (André Gide, Journal)    

VENDREDI.                 

Le cabinet de curiosités du notulographe.

English spoken.  

Ruaux (Vosges), photo de l’auteur, 6 janvier 2019

autoroute A 31, photo d’Alice Didion, 16 mai 2021

SAMEDI.              

Films vus.

  • Blood Diamond (Edward Zwick, É.-U. – Allemagne – R.-U., 2006)                               
  • M le maudit (M, Joseph Losey, É.-U., 1951)                               
  • Vous ne l’emporterez pas avec vous (You Can’t Take It with You, É.-U., 1938)                               
  • La Nuit venue (Frédéric Farrucci, France, 2019)                               
  • La Grande Traversée (Let Them All Talk, Steven Soderbergh, É.-U., 2020).

L’Invent’Hair perd ses poils.  

Rajasthan (Inde), photo d’Anne-Marie Emery, 11 décembre 2007

Poil et plume.

“Qui se souvient aujourd’hui de ce coiffeur de la rue des Deux-Ponts, que l’on appelait monsieur Georges, et qui avait refusé de tondre les femmes que les libérateurs improvisés avaient capturées. Avec sa gouaille très parisienne, il avançait un excellent prétexte. “Mais je les connais toutes, ces femmes, je ne vais tout de même pas perdre à jamais leur clientèle ?” (Frédéric Vitoux, Au rendez-vous des Mariniers)                

Bilan annuel 2021.                                            

  • 157 livres lus (+ 14 par rapport à 2020)                                           
  • 320 films vus (- 15) dont 31 au cinéma (+ 5)                                            
  • 400 abonnés aux notules courriel + 9 abonnés internet + 1 abonnée papier = 410 (+ 2)     

Chantiers littéraires :                                              

472 communes visitées (+ 16) d’Ableuvenettes (Les) à Syndicat (Le) dans le cadre de l’Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental                                            

  • 343 photos de Bars clos (+ 4)                                            
  • 1 355 tableaux commentés dans la Mémoire louvrière (=)                                            
  • 796 publicités murales et enseignes peintes photographiées (+ 48)                                            
  • 5 326 photographies de salons de coiffure pour l’Invent’Hair (+ 326)                                            
  • 230 frontons d’école photographiés pour un Aperçu d’épigraphie républicaine (+ 9)     
  • 140 Lieux où j’ai dormi retrouvés ou ajoutés et photographiés (+ 13)                                           

Parutions :                                              

  • Bulletin de l’Association Georges Perec n° 78, juin 20201                                            
  • Bulletin de l’Association Georges Perec n° 79, décembre 2021                                              

Mentions.                                                                                

  • Gérard Durozoi, “Ernest de Gengenbach”, Infosurr n° 143, mai-juin 2019                                            
  • François Bon, chaîne Youtube, 15 février 2021  https://www.youtube.com/watch?v=bi_5_8V5zls&ab_channel=Fran%C3%A7oisBon                                                                             
  • Cahiers Tristan Corbière n° 3, “ce vertigineux livre”, Classiques Garnier, 2020                                   

Contributions :                                              

  • Schnock n° 38, La Tengo, mars 2021                                            
  • Collectif, sous la direction de Pierre Fetet, Catalogue d’anciennes publicités, enseignes murales et autres panneaux du département des Vosges dans le cadre du projet “On écrit sur les murs !” proposé par le Service éducatif des Archives départementales des Vosges pour l’année scolaire 2021-2022.      
  • Collectif, Meurtres cent façons, Les Refusés, coll. “La maison d’en face”, 2021             

Internet :                                              

Précision concernant la politique photographique des notules :                                              

* Les notuliens contribuent de façon efficace à l’avancée des chantiers photographiques qui meublent nos livraisons dominicales : le cabinet de curiosités et l’Invent’Hair leur doivent beaucoup, sans parler des aptonymes ou de la rubrique Poil et plume. Merci. Une précision s’impose toutefois : ne sont acceptés que les clichés dûment localisés, pris “en vrai”, à l’aide d’un appareil idoine ou d’un téléphone de poche. Les photos issues de sites internet ou de réseaux plus ou moins sociaux ne sont pas homologuées.            

Appel :                                             

* Le début de l’année est généralement propice aux bonnes résolutions. Si parmi ces résolutions figure celle de ne plus vous laisser importuner par des messages électroniques antédiluviens, pesants, inutiles, creux, mal écrits, pompeux, j’en passe, et si vous vous apercevez tout à coup que les notules correspondent à l’une des catégories précitées, inutile d’engorger les tuyaux pour rien : un simple mot « stop » en réponse à ce numéro mettra fin à votre abonnement.                     

Bonne année,  

Bonne année,

Philippe DIDION    

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s