27 novembre 2022 – 991

DIMANCHE.

Lecture.

Histoires ténébreuses (Grave Suspicions,Collectif, Davis Publications, 1984 pour l’édition originale, Pocket n° 4297, 1987 pour la traduction française, rééd. in « Alfred Hitchcock présente : 100 autres histoires extraordinaires », Presses de la Cité, coll. Omnibus, 1995; 1224 p., 145 F). 

 Nouvelles.

MERCREDI.                 

Éphéméride.

“23 novembre [1963]

Kennedy assassiné se vend mieux que le Mozart du même nom.

Hélas, ce n’est pas même un attentat anarchiste. Ces balles-là sont inutiles.

Lorsqu’on me voit abattu, je soupire comiquement : “Ah, je ne suis plus le même depuis la perte de l’Algérie.”

Ces types qui s’ouvrent une veine un jour, puis l’autre, gobent un petit cachet, sont les inventeurs du suicide à tempérament.” (René Fallet, Journal de 5 à 7)

JEUDI.                          

Lecture.

Le Passeport de Monsieur Nansen (Alexis Jenni, Paulsen, 2022; 200 p., 21 €).

Intéressant parcours que celui d’Alexis Jenni qui, couronné du Prix Goncourt pour son premier roman (L’Art français de la guerre, 2011), a choisi de ne pas se cantonner dans ce genre pour explorer d’autres pistes. Depuis deux ans, il a trouvé refuge chez Paulsen, l’éditeur des livres à lire avec des moufles, où il a déjà livré une biographie de John Muir, explorateur et aventurier auteur de récits de voyages en Alaska et dans l’Arctique. L’Arctique, il en est de nouveau question avec cette vie de Fridtjof Nansen, héros norvégien qui traversa le Groenland à ski puis fut l’homme à s’approcher le plus près du pôle Nord en 1895. Une biographie, donc, mais pas une biographie à l’américaine bardée de références, de notes et de citations, non, c’est plutôt une promenade dans les pas de Nansen, une biographie subjective dans laquelle l’auteur n’hésite pas à s’impliquer, en tentant d’expliquer la fascination que Nansen sut exercer sur ses contemporains et sur lui-même. Il reprend Vers le pôle, le récit de l’expédition polaire écrit par Nansen, mais en comparant les deux textes, on voit bien que Jenni ajoute, invente et brode. Le romancier est toujours tapi derrière le biographe mais cela n’est jamais gênant, on accepte sans réticence de se laisser emporter par son récit. Celui-ci se poursuit par l’évocation de la carrière de diplomate que connut ensuite Nansen, qui conduisit à la création du passeport pour les apatrides qui devait porter son nom et au Prix Nobel de la paix en 1922. Une carrière dans des domaines variés, un prix prestigieux, Nansen et Jenni ne jouent pas dans la même catégorie mais leurs parcours ont des points communs évidents.         

Contrepèterie de trottoir.

VENDREDI.

Lecture.

Un privé à Babylone (Dreaming of Babylon, Richard Brautigan, Dell Publishing, 1977 pour l’édition originale, Christian Bourgois, 1981 pour la traduction française, rééd. coll. Titres, 2022; 240 p., 9,50 €)

.Le cabinet de curiosités du notulographe.

Trésors de boîtes à livres.

Pont-à-Celles (Belgique), photo d’Éric Dejaeger, 25 février 2018

Metz (Moselle), photo d’Alice Didion, 13 septembre 2021

SAMEDI.             

Films vus.

  • Submarine (Richard Ayoade, R.-U. – É.-U., 2010)                              
  • The Truman Show (Peter Weir, É.-U., 1998)                              
  • Couleurs de l’incendie (Clovis Cornillac, France – Belgique, 2022)                              
  • Joni Mitchell – Le Spleen et la Colère (Clara & Julia Kuperberg, France, 2022)                              
  • Robuste (Constance Meyer, France – Belgique, 2021)                              
  • Allez coucher ailleurs ! (I Was a Male War Bride, Howard Hawks, É.-U., 1949)                              
  • Super-héros malgré lui (Philippe Lacheau, France – Belgique, 2021).             

L’Invent’Hair perd ses poils.

Saint-Rémy-sur-Orne (Calvados), photo de Pierre Cohen-Hadria, 29 juillet 2012

Vevey (Suisse), photo de Jean Prodhom, 13 novembre 2015

IPAD (Itinéraire Patriotique Alphabétique Départemental).

12 décembre 2021. 72 km. (41 545 km).

1 898 habitants

Une stèle de granit est collée au mur de la Mairie, sous un blason tricolore (“Mairie de Le Syndicat Liberté Égalité Fraternité”) lui même surmonté de deux drapeaux. Une mosaïque sert de fond aux dates 1914-1918 et sépare les deux colonnes de noms. Plusieurs plaques sont fixées au mur pour les victimes des autres guerres.

Colonne de gauche : 32 noms d’AUPTEL Paul à HOUOT Gabriel (dont un curieux DELON Del)

Colonne de droite : 31 noms de JACQUEL Marcel à VINEL Louis.

Au-dessous :

Sont morts

Pour la France

Souvenez-vous

Poil et pellicule.

La Grande Lessive (Jean-Pierre Mocky, France, 1968)

Bon dimanche,

Philippe DIDION

Publicité