19 novembre 2017 – 770

DIMANCHE.
                   Lecture. Espis : un nouveau Lourdes ? Des ténèbres sataniques à l’étoile du matin (Gengenbach, Imprimerie A. Fauvet, 1949; 28 p.).
                                 Lecture faite en prévision d’une réédition pour laquelle on m’a demandé d’écrire quelques mots de présentation.
MERCREDI.
                  Épinal – Châtel-Nomexy (et retour). Daniel Pennac, Monsieur Malaussène, Folio, 1997.
                   Lecture. Avenue des Diables-Bleus (Louis Nucera, Grasset, 1979, rééd. LGF, coll. Le Livre de poche n° 5645, 1990; 224 p., s.p.m.).
                                 Ce que l’on sait de Louis Nucera tient en peu de mots : né à Nice, écrivain (jamais lu jusqu’asteure), journaliste, ami de Brassens (sa principale source de notoriété), passionné de cyclisme, d’ailleurs mort en selle, renversé par une auto. Il prend ici prétexte d’un retour dans sa ville natale pour évoquer les souvenirs qui lui reviennent en arpentant ses rues. La ville est vaste et les souvenirs nombreux, la promenade est longue, devient lassante sur la fin. C’est que tous les sentiers battus et rebattus du genre autobiographique y passent : la famille, la guerre, l’école, le certif, le service militaire, les premières amours, le tutti, le quanti. Se dessine ainsi un tableau détaillé de la vie du petit peuple de Nice originaire d’Italie. Nucera n’évite pas tous les pièges qui s’ouvrent quand on manie une arme aussi redoutable que la nostalgie mais au moins sa plume est élégante et son récit agréable à suivre. Mieux, il innove un peu en évoquant des actions peu glorieuses commises dans sa jeunesse, “des abominations – parfois des insignifiances”, dont la honte le poursuit encore et vient hanter ses nuits. Quand on n’a pas toujours mené une existence de séraphin, on sait ce que c’est.

                  Éphéméride. “15 novembre.

* Adrienne Monnier ouvre sa librairie rue de l’Odéon. Les livres remplacent les armoires normandes précédemment vendues dans la boutique.
* Marie de Gournay envoie à Juste Lipse un exemplaire des Essays imprimé par ses soins.
* La Fontaine est élu à la succession académique de Colbert, à l’issue d’une séance orageuse au cours de laquelle les immortels ont échangé quelques injures. Le vieux Rose : Je vois bien qu’il vous faut un Marot (sous-entendu : maraud) – Benserade : Et à vous une marotte.” (Michelle Grangaud, Calendrier des poètes : Année folle I)
VENDREDI.
Le cabinet de curiosités du notulographe. Dites-le avec des fleurs, photos de l’auteur.

 

770  770 (2)

Aubusson (Creuse), 5 août 2016 / Willer-sur-Thur (Haut-Rhin), 25 avril 2015
SAMEDI.
             Football. SA Spinalien – Villefranche 0 – 0.
             Films vus pendant la semaine. Mes trésors (Pascal Bourdiaux, France, 2017)
                                                                Une balle dans le canon (Michel Deville & Charles Gérard, France, 1958)
                                                                Radin ! (Fred Cavayé, France, 2016)
                                                                Courte tête (Norbert Carbonnaux, France, 1956)
                                                                Julieta (Pedro Almodóvar, Espagne, 2016)
                                                                Le Jeu de la vérité (François Desagnat, France, 2014).
             L’Invent’Hair perd ses poils.
770 (3)  770 (4)
Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), photo de Pierre Cohen-Hadria, 27 janvier 2011 / Vesseaux (Ardèche), photo de Marc-Gabriel Malfant, 11 décembre 2011
             Poil et plume. “Quand je coiffais Chateaubriand, j’étais, comme avec les autres, d’une rigueur extrême. L’impression de désordre ne s’improvise pas. Il y faut des années d’étude, du temps, de la pratique, une méthode. Et puis, je l’aimais. J’avais peur aussi de lui déplaire, qu’il ne choisisse un autre figaro. Il avait soixante-douze ans, âge de caprices. J’en avais vingt-quatre, âge sérieux.” (Adrien Goetz, Le Coiffeur de Chateaubriand)
Bon dimanche,
Philippe DIDION

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s